La naissance de la plus célèbre virgule

Passionné depuis toujours par l’athlétisme, Philip Knight, alors distributeur de chaussures Onitsuka Tigers (futurs Asics) fait, dans les années 70, la rencontre d’une jeune étudiante en graphisme Carolyn Davidson. Il lui propose de créer des affiches et brochures pour 2$ de l’heure.
En 1971, il perd les droits de distribution et décide de lancer sa propre marque de chaussures sous le nom de Nike et confie alors la création du logo à Carolyn en précisant que le logo doit représenter le mouvement et qu’il doit se différencier de son principal concurrent Adidas. Né alors le “Swoosh” après 17h30 de travail, coût de ce logo : 35$. Pas convaincu par le design, Philip Knight et ses partenaires finissent par l’accepter. Cette représentation de la marque est très bien accueillie par le public et c’est finalement en 1983 que Knight saluera le travail de Carolyn en lui offrant une bague arborant le swoosh surmonté d’un diamant mais également 500 actions de l’entreprise.

 

————

 

 

A l’origine du succès d’Apple ?

Dans les débuts du Macintosh, Susan Kare, alors diplômée d’art, est embauchée en 1982 par Apple pour créer les icônes et polices du Macintosh. Pourtant loin de son domaine d’expertise, elle se lance dans l’aventure et sa toute première mission consiste à créer une police système selon un cahier des charges très stricte. Elle la sketche dans son carnet et gardera cette méthode pour élaborer les icônes qui feront la touche du Macintosh, tout simplement car l’application pour les créer n’avait pas encore été codée. Elle quitte Apple et rejoint NeXT. Elle travaille alors pour Microsoft et IBM notamment et conçoit pour Microsoft, le jeu de cartes du Solitaire mais également bon nombre d’icônes dont Notepad qui resteront inchangés de Windows 3.0 à Windows XP. Elle enchaine les projets et en 2015, est embauchée par Pinterest en tant que responsable de la conception de produits. Elle reçoit en 2018, en reconnaissance de son travail de designer, la médaille de l’American Institute of Graphic Arts.

 

————

 

La femme aux panneaux

Avec l’augmentation du trafic dans les années 60, les autorités britanniques souhaitent refaire toute la signalétique routière qui est illisible à grande vitesse et dont les couleurs et les typhographies diffèrent en fonction des panneaux. Ayant auparavant travaillé sur la signalétique de l’aéroport de Gatwick et pour la compagnie ferroviaire British Rail, donnant d’ailleurs naissance aux typographies Gatwick et Rail Alphabet, Margaret Calvert et John Kinneir se lancent dans ce travail gargantuesque entre 1958 et 1965 et créent la typo Transport. Le but premier est d’être lisible rapidement pour réduire le temps de compréhension du signe par le conducteur. Tout est dessiné à la main et la plupart des pictogrammes sont réalisés par Margaret et sont largement inspirés de sa vie. Par exemple, le panneau “Enfants qui traversent” représente une image d’elle-même enfant. Elle reçoit à l’âge de 80 ans le titre d’Officier de l’Empire Britannique (OBE) pour ses services rendues à la typographie, au design graphique mais aussi à la sécurité routière.